INSTANT AUBRAC

photographies de luc combettes

L’essence,

Aller.
Longer les clôtures,
Avancer dans la brume,
Puis dans la lumière.
Ne rien voir, mais sentir
Ressentir.
S’arrêter où il le faut,
Puis attendre,
Attendre …
Attendre l’instant.
Celui où les volutes vaporeuses seront déchirées,
Celui où les rayons éclaireront
Celui où l’épanouissement sera.
Des minutes qui n’existent pas,
Celles où finalement rien n’existe,
Juste les ombres et vous,
Mais ont tellement de force.
Et lorsque l’heure est venue
Ce qui doit être, est.

25 juillet 2021

Trace

Essence vaporeuse qui s’élève
Lien entre ciel et terre
Passe, efface, révèle,
Une colonne d’âmes solitaires

De son souffle emporte leurs pensées
Sillonner d’autres mondes
Cambium déformé par les ondes
Corps aux prises de ces insensées

Déchirés dans l’ocre d’octobre
Les feuilles dévoilent des troncs syntones
L’hiver ne leur jettera pas l’opprobre
Les houppiers se relèveront, oubliant l’automne.

Traverser des épreuves qui tordent
Courber l’échine, même sans grâce
Et lorsque l’éclaircie estompe la discorde
Se redresser et reprendre sa trace.

21 août 2021

hêtres aubrac landscape
Buron aubrac paysage

Absente présence

Des jours encore sombres,
L’édifice de pierres décharnées
Sous les assauts de l’ombre
A lui aussi sombré.

Point de renaissance
Pour certains d’entre eux
Dont l’absence
Ne perturbe les cieux

Les blocs érodés
Vestiges d’une vie dure
Entière et possédée
Mémoire clair-obscur

Affranchis du temps
Regards vides
Vers cet horizon impénitent
Patience impavide.

6 juin 2021

Pendouliou de Ramel
Tourbière miroir du ciel
Pupille gris magnétique
Scrute son futur
Attends l’élévation
Cernée d’un iris verdoyant
Qui peu à peu la ronge
Jusqu’à sa totale évaporation
Qui signera sa fin, leurs fins.
Au-dessus l’impassible buron regarde,
Indifférent au temps qui passe,
Accompagne ces douces morts,
Ces fulgurantes renaissances
Sans faillir
Mêlé à son socle de basalte
Assemblé de la main de l’homme
Il est Aubrac
Jeudi 13 mai 2021
aubrac forêt

Univers végétal

Deux éclaboussures claires, concentriques. Elles me font penser aux ronds de sorcières. Des sorcières qui se seraient échappées de la périphérie du cercle pour envahir l’ensemble. Des sorcières qui ont dansé jusqu’au bout de la nuit, allant chercher leur énergie dans la force vitale de la prairie, l’épuisant, la marquant au plus profond.

En face, je les contemple, assis sur l’herbe encore sèche.

Au-dessus de moi les hêtres se découpent sur un ciel gris, uni, pesant. Encore dépourvus de feuilles, ils frémissent dans le vent. Au sol un tapis de cupules ouvertes et de faînes m’entoure. Mes doigts s’amusent avec tout en méditant sur le pourquoi de ces deux tâches hypnotiques.

Sur ma gauche, une grive draine accompagne ma réflexion de son chant mélancolique, de l’autre bord de la clairière un rouge gorge semble lui répondre. Impossible de les apercevoir.

Mon regard revient à ce que je vois maintenant comme deux planètes végétales. L’une semble être le satellite de l’autre. La plus grande, parée d’un cœur de pierre, domine et illumine. Constellation ceinturée d’arbres. Mini-univers dont j’ai la chance de faire partie pour quelques heures. Seul. Libre.

Samedi 1er mai 2020

Rire
 
Il y a des pauses qui s’imposent,
Le bitume serpente
Les nuages s’alourdissent
La prairie s’éclaire.
Prendre de la hauteur
Contempler ce qui semble désolation
Frissonner dans le vent
Frissonner devant ce spectacle
Frissonner de joie
Un monde mouvant,
Un monde vivant
Où les éléments passent,
Même ce ciel éteint
Aussi noir soit-il
Reste source de lumière
Il vous effraie
En même temps vous fait sourire (rire)
Vivre ces instants
C’est les ressentir,
Les sentir
Les entendre
Les voir
Faire corps avec l’impossible
Pour quelques instants
Y arriver
Plénitude dans le chaos.
 
Vendredi 23 avril 2021
Aubrac
Jonquilles Aubrac

Retrouvailles

Aujourd’hui j’ai retrouvé un Aubrac qui était absent depuis quelques temps, un Aubrac de nouveau pudique, moins éblouissant que ce qu’il était sous l’azur et le soleil éclatant, mais un Aubrac que je préfère, je crois. Un ciel structuré, des reliefs texturés, qui ne sont pas écrasés sous une lumière trop vive. Un Aubrac avec lequel il est plus facile de jouer, même s’il est peut-être plus difficile à vivre. Le vent, lui n’a pas vraiment choisi de se faire oublier. Au contraire, ses plans pour faire frissonner ne sont plus contrecarrés par la chaleur des rayons, il peut librement disposer des corps et essayer de les déstabiliser. Couvercle trop longtemps disparu, les nuages ont retrouvé leur place. Revenus pour protéger ce qui doit garder une part de mystère, comme pour cacher des regards célestes ces dizaines de petits soleils terrestres.

Dimanche 11 avril 2021

Renouveau

Le soleil vient de débuter sa course, les ombres se réduisent, les troncs conservent encore quelques-uns des secrets de la nuit.

Sous les branches nues, la sittelle et la boralde chantent chacune leur gamme, venant bercer ceux qui fuient la lumière et éveiller ceux qui l’attendent.

Un cycle s’achève, un autre commence.

La forêt passe de la nuit au jour, de l’hiver au printemps. Les premiers bourgeons, prudents, pointent timidement sur les branches, sondes qui déclencheront l’explosion émeraude.

Au sol l’entrelacs de racines brunes disparaitra alors sous l’assaut d’une joyeuse compagnie de calices et corolles, avec pour capitaines sauterelles, fourmis et carabes.

Je me détourne de ce jardin naissant et m’apprête à m’enfoncer dans un autre univers, plus inflexible, plus sombre, majestueux : celui de la légion des hêtres, jaloux gardiens de leur monde de silence.

Mardi 30 mars 2021

forêt aubrac arbre
bois forêt st côme aubrac
Bascule
 
Il est des jours abscons qui me prennent sous terre,
Un de ceux où le flot doit être renversé.
Fuir pour mieux revenir, au-delà de l’obscur.
Passer le seuil sombre, rejoindre la lumière
Choisir la voie des arbres, la voix du silence
Remonter le sentier, entouré de ces troncs
Qui se resserrent et m’ouvrent leurs bras sans fin.
Le parfum de la sève appelle le soleil
J’avance porté par cette douce fragrance.
Le pas défroissant les feuilles abandonnées
Les ombres chuchotent, les hêtres s’agitent
La forêt murmure sa proche renaissance.
Bascule
Un éclair blanc fuse, rompt le rideau des houx
Espoir inattendu, le temps est suspendu
D’entre les violettes, une pierre esseulée
Vient à ma rencontre partager cet instant.
S’asseoir et profiter, minutes infinies.
La magie tient à peu, qu’il faut savoir saisir
La nature veille, donne, à qui veut entendre.
Il aura suffi de l’envolée d’un chevreuil,
Généreux qui s’ignore, offrant la délivrance.
 
Dimanche 21 mars 2021
Enguilhens
 
Là-haut, le temps s’écoule différemment. Les nuages passent sans s’arrêter, les rayons de soleil, phares d’un autre monde, errent de bosquets en landes et de tourbières en combes. Ils observent entre les herbes, fouillent l’intérieur du buron, semblent chercher par quelle magie, ou folie, ces pierres ont été assemblées ici.
Je les suis du regard, accompagnant leur lente dérive qui transforme l’ombre en lumière, les prairies en vagues éclatantes, la buse en phœnix flamboyant.
Il suffit de si peu …
Là-haut, comment ne pas se sentir vivant ?
 
Vendredi 19 mars 2021
Buron des 4 frères
buron aubrac
Vieille âme
 
Au détour d’une lande brisée, le pas chargé d’une terre trop aimante qui ne vous lâche pas, sous une brume qui ne vous laisse pas voir et vous colle au corps, un fantôme semble venir à votre rencontre. Chaque souffle vous rapproche de cette ombre arachnéenne qui se dessine et devient matière.
Pause.
Observer.
Quelques mètres de plus.
Une bouche semi-ouverte, telle un passage vers un autre monde vous offre un sourire vertical. Au-dessus un œil cyclopéen surveille. Dehors règne une heureuse désolation, joie infinie du solitaire. À l’intérieur règne le mystère.
Quel monde choisir, la sécurité du dehors où l’inconnu ?
Aujourd’hui je choisis de suivre la clôture, ne pas franchir la limite. Je reviendrai.
 
Mardi 2 mars 2021
Tourbe reptilienne
 
Naître du blanc pour se mêler au noir, puis se fondre, de nouveau, dans le blanc.
Curieux parcours que celui de cet éphémère serpent liquide,
Qui, de courbes en arabesques, déplie ses reptations,
Danse sur la tourbe, sous les dactyles échoués.
Libre et dépendant des éléments-terres.
En cette fin d’un hiver figé,
Dans les soubresauts du printemps.
Il caresse la pâture endormie.
Gorge le sol de l’énergie de la renaissance,
Réservoir qui viendra s’associer à la lumière.
Croissance.
Humble, sa place reste à l’abri des corolles,
Il les regardera s’élever, poursuivre le mouvement qu’il a initié.
Quand leurs pétales s’offriront, radieuses, aux flammes de l’astre,
Il s’effacera dans les limbes disparus,
Il est encore trop tôt,
Les volutes d’une brume brune rôdent,
Patience.
 
Mardi 23 février 2021
Tourbe Reptilienne
Craquelures.
 
Un lac encore gelé, tâche de lumière doublement cernée par un gris ardoise. Ce gris qui fait office d’enceinte mais qui aussi surveille d’en haut. Les premières fissures apparaissent, ce n’est que le commencement. L’empreinte blanche va se teinter, se transformer. Le temps du repos prends fin. Après des semaines de prude intimité, le matelas liquide et sa couverture vont s’unir pour n’être qu’un.
 
Vendredi 19 février 2021
 
Equilibre
 
Une pierre au faîte d’un buron défait,
En équilibre …
Un ciel brun frôle la cime des hêtres
En équilibre …
J’aspire l’écir glacé qui me fouette
Heureux équilibre …
 

Mardi 16 février 2021

buron
ruisseau aubrac ambiance

Retraite

L’épais manteau neigeux, défait, s’est échoué au fond des ravines. La tourbe l’attendait. Libérée de son étouffante emprise, de son implacable masse, elle tient sa revanche.

Elle l’absorbe. Le possède et ne le libère qu’après l’avoir marqué de sa lie. Lui, alors si fier de sa lumineuse pureté en ressort ténébreux, comme brûlé par un soleil absent, devenu un simple courant bistré.

Après avoir été l’écrasant, il est l’écrasé, plaqué par l’anthracite.
Déchu, il s’échappe pour retrouver sa dignité.

Il reviendra.

(Pont des Quilles – Le Rioumau)

Samedi 6 février 2021

Primaire
 
Là avant nous, en ces temps troubles, leur implacable présence s’impose. Ils s’élèvent, maître de leur espace. De leurs aiguilles percent, sans s’en émouvoir, les gouttelettes suspendues.
 
Ils règnent.
 
À leurs pieds une coulée est ouverte.
L’emprunter, en douceur, ne pas laisser de traces. Rester à sa place. Les regarder avec humilité, réaliser ce qu’ils sont.
Ce sont les anciens, nous sommes de passage.
 
Trop peu l’acceptent.
Primaire
aubrac bès passerelle

Passerelle

Un de mes lieux favoris sur l’Aubrac. J’aime ici surplomber
ses courbes, ressentir ses puissantes vibrations. Il les projette jusque dans
la rampe métallique de la passerelle, normalement rigide et immobile. Il lui imprègne
sa vie. Insaisissable, assemblage de si peu, et de tant aussi, générateur d’ondes
dansantes.

Là-haut je me sens à l’abri, le domine pour mieux le
ressentir, le voir évoluer. Rester humble. Je connais sa force implacable quand
il est gonflé des orages d’été, ses courants hurlants fracassant les rocs. Les
yeux fermés, les mains enracinées dans le vibrant métal, je plonge dans cette
eau noire. Le privilège de partager un instant son cours.

Je me détache de l’acier, ouvre l’obturateur de mon appareil
… laisse filer quelques secondes puis le referme. Je ne veux pas figer le Bès, qu’il
continue d’être, même emprisonné dans un cadre.

Dimanche 24 janvier 2021

Pudeur

Je viens de repartir, me relancer dans cette marche aux pas ralentis par la poudreuse.

Le corps ressent.

Les muscles se tendent et se détendent, le souffle s’accélère.

La sensation de lourdeur, puis de légèreté du pied qui s’arrache de ces nuages échoués, m’apaise.

Sur cet aérien duvet la rosace de mes bâtons écrit son nom tout en rondeur.

Pause,

Celle où je stoppe l’effort et Regarde ce qui est autour.

Ils sont là.

Eux, ensemble, groupés, unis.

Discutent-ils ?

Oui,

De quoi ?

Du temps qui passe ou ne passe pas ?

Du poids des ans ou du poids de la neige sur leurs branches ?

D’où viennent-ils ?

Peu importe.

Je les trouve beaux.

Attirants.

Les clôtures aussi convergent vers eux.

Elles se souviennent avoir été arbres.

Peut-être espèrent-elles, un instant, retrouver leur liberté et leur hauteur

Faire partie d’un tout.

Au-dessus la brume ouvre ses bras de tulle blanc, intimise ces retrouvailles,

Offre un cocon ouaté et pudique

Simple témoin, je préfère rester à distance

Et malgré tout, un peu honteux, leur voler un instant …

Dimanche 3 janvier 2021

Arbres et neige
Ents
 
J’y suis, prêt.
Il est l’heure.
Je fais un pas, relève la tête : un rempart végétal m’observe.
Les sentinelles de l’Aubrac me font face,
Leurs bras chargés regardent le sol, semblent barrer le passage comme pour m’interdire l’accès à leur forteresse endormie.
J’irai,
Entrer dans cette intimité en me faisant le plus discret possible
Laisser une seule trace, celle de mes pas dans cette épaisse pelisse blanche,
Respecter cet univers qui n’est pas le mien.
Je ne suis que de passage
Ils ne sont pas là pour m’arrêter
Quelques pas de plus … je regarde autour de moi,
Je suis seul, la brume me cerne.
Tout semble commencer là ou mes yeux s’arrêtent,
Quantité négligeable dans cet espace sans fin,
Je souris … et m’aventure vers ce qui est caché.
 
Dimanche 6 décembre 2020 :

Aller

Comment résister ! Je suis sous la barre des 20 km, c’était donc évident ! Après un mois de sevrage, l’envie est forcément là !
Envie qui est devenue plaisir de pouvoir de nouveau arpenter ces terres.
Dans un premier temps du bleu, de l’ocre. Cela suffit. Encore et toujours : s’arrêter et écouter. Le silence, rien que du silence.
Pas un bruit, pas le moindre souffle de vent, rien, mais tout à la fois. Où je me retrouve avec mon entièreté, avec moi-même. Marcher sans but, juste marcher et écouter ce qu’il n’y a pas.
Dans un second temps, le bleu fonce, et l’ocre devient feu. Le soleil s’approche de la ligne d’horizon. L’équilibre est toujours là. Le silence évolue, ralentit … suit la lente descente de l’astre. Quelque chose d’encore plus profond m’étreint. Une bulle où le temps n’a plus vraiment de raison d’être.
 
Dimanche 29 novembre 2020
Lac de Moines
hêtres aubrac

Les hêtres

Avant de basculer dans le confinement, quelques kilomètres et une montée sur la plateau s’imposent ! Même si mon lieu de vie m’offre un confinement de luxe.

Sortie sur la tourbière de la source du Roc, l’ambiance est là, le ciel plombé et les éclaircies vont à tour de rôle. Je respire ces moments, les apprécie dans leur entièreté. Chacun à sa beauté, sa force et son caractère.

Le silence et le mouvement de même. J’aurais pu écrire « le silence et la vie de même », mais à la réflexion, le silence est aussi la vie. Il doit être apprécié à sa juste valeur, réaliser ce qu’apporte l’arrêt, en prendre conscience.

Je reviens à mon opposition silence/mouvement. C’est vraiment incroyable comme l’on sent la différence. Quand le soleil se montre, j’entends les tarins s’égayer dans les aulnes, se régaler des fruits, les bois bruisser, la vie est présente.

La brume monte, le ciel s’obscurcit, s’abaisse. Lourd et uniforme presque palpable. Les sons deviennent ténus puis s’arrêtent, même le chant du ru semble disparaître

Puis ces hêtres me font face, torturés, isolés au milieu de cette tourbière. La lumière et l’eau à leurs pieds, l’ombre sur leurs faîtes. Le soleil est de retour, se faufile sous le couvercle nuageux.
Beaux, magnifiques, puissants, élevés.

L’instant est magique.

L’ombre n’est que de l’ombre, le prémice de la lumière, l’un de va pas sans l’autre. La patience est de mise pour apercevoir l’un puis l’autre.

Jeudi 29 octobre 2020